Une bonne voix-off

La voix-off est sans contexte une chose essentielle dans les documentaires ou les reportages. Impossible de s’en passer mais comment la faire? Comment l’enregistrer? Trop facile…

Quel matériel?

Les microphones

Pas de vrai consensus. Généralement un micro de bonne qualité fera l’affaire. Vous pouvez vous orienter vers des micros comme le SM58 de Shure. Micro légendaire, spécialement dédié aux chanteurs lors de concerts, il enregistre à une faible distance (moins de 10 centimètres) et il capte très peu les bruits ambiants. Il est donc parfait à la fois pour la voix-off et les interviews.

Bien entendu, il y a des micros dédiés comme le Yéti (très apprécié au club) qui se pose sur la table. Ce sont les youtubeurs qui ont réellement lancés cette recherche du bon micro afin de rendre leurs vidéos audibles y compris lorsque celles-ci sont écoutées dans des lieux bruyants (train, bus, métro…). Si vous êtes intéressés par ces micros, je vous conseille la lecture de cet article.

Sinon, un micro cravate (on en trouve à des prix très convenables) peut faire l’affaire.

Votre téléphone portable

Dernière solution: utiliser votre téléphone portable (un smartphone)! Sur tous les téléphones portables se trouvent une application « Dictaphone » qui permet d’enregistrer une conversation et le résultat peut facilement être envoyé, via le cloud (ou parfois un simple email) à votre ordinateur pour effectuer le montage.

À condition de se trouver dans une pièce vraiment silencieuse (ordinateur éteint, pas de bruit extérieur, fenêtres fermées, etc.), enregistrer la voix-off est tout à fait possible.

Bien que l’on pourrait reprocher au téléphone sa mauvaise qualité, il faut bien se rendre à l’évidence, les téléphones portables possèdent un bon microphone omnidirectionnel. Cela présente des défauts et des inconvénients mais ils ont une mission essentielle: permettre à votre interlocuteur de vous entendre. C’est pourquoi la technologie du téléphone est relativement bien adaptée: si la voix-off ne sera pas « parfaite », elle sera parfaitement audible.

Essayez d’utiliser le kit main libre, sinon rapprocher votre téléphone le plus près de vous, dans un position proche de celle que vous avez pour téléphoner.

J’utilise moi-même cette astuce pour que mon épouse ou mes enfants enregistrent les voix-off (généralement assez courtes) sans les stresser avec la mise en place d’un studio d’enregistrement mobile.

Ne pas utiliser FCPX!

La voix-off ne s’enregistre pas le nez dans le logiciel de montage! Oubliez l’enregistrement de la voix off dans Final Cut. Rédigez votre texte puis enregistrez-le loin de la machine (sauf dans le cas de tutoriels sur Youtube!) et lisez le à partir d’une feuille imprimée.

C’est la meilleure façon pour avoir une voix de qualité et que vous soyez concentré sur le texte. Si votre texte s’avère trop long, vous pourrez toujours le couper au montage, s’il s’avère trop court, vous créerez des respirations dans le film.

Il ne faut pas créer la voix off à partir des images. Je conseille d’écrire la narration avant même de vous lancer dans le montage. Ainsi la voix-off pourra constituer une trame pour votre film.

J’ai une voix catastrophique

Tout le monde a une voix catastrophique: vous, moi, à peu près tout le monde sauf Raymond! Au club, nous avons une « voix ». Raymond prête sa voix également pour la télévision.

Vous avez donc deux solutions: soit vous trouvez la perle rare (et le plus souvent une perle qui s’ignore) soit vous vous y mettez. À moins d’un sévère handicap, votre voix sera suffisante pour un film amateur même si, comme la mienne, elle ressemble plus à celle d’un canard que d’un prince charmant.

Dans le pire des cas, refaire la voix-off reste tout à fait possible et relativement peu coûteux (surtout si votre texte a été stocké dans un traitement de texte).

Ne faites pas l’impasse sur la voix-off en la remplaçant par un sous-titrage: c’est la pire des solutions. Suivez les conseils ci-après.

Les 3 conseils essentiels

Premièrement: lire lentement. Inutile de lire le texte trop vite. C’est souvent le défaut principal des narrateurs. Un débit de voix trop rapide ajoute de la nervosité tandis qu’une voix posée et un peu plus lente que la moyenne va rendre le film plus « zen ». Il n’y a pas vraiment de secret sinon d’être bien relaxé avant de démarrer.

Deuxièmement: enregistrer d’une seule traite sans hésiter à reprendre une phrase. À la lecture du texte imprimé, vous buterez certainement sur les mots. Reprenez depuis le début de la phrase après avoir marqué une seconde de silence pour couper plus facilement. N’hésitez pas à faire la lecture d’une même phrase 2 ou 3 fois d’une manière un peu différentes: vous choisirez plus tard. Le mieux est de lire le texte à voix haute devant l’écran avant de passer à l’enregistrement. Certaines phrases, trop longues ou avec un mot compliqué à prononcer peuvent poser problème. Revoyez-les si nécessaire.

Troisièmement: ne parler pas dans le micro (sauf si celui-ci est spécialement conçu pour). Le mieux est de parler à gauche ou à droite du micro. Cette astuce permet d’éviter de postillonner dans le microphone et d’enregistrer correctement les consonnes fortes (« b », « t », « p »). Certains mettent un bas nylon ou une coiffe anti-vent mais la solution de parler à 4 cm de l’axe du microphone est une technique simple.

Enregistrement et corrections

Avec un enregistrement continu du texte, vous n’aurez qu’une seule bande son à traiter. Vous pourrez couper les morceaux (là où vous avez trébuché) qui ne conviennent pas soit dans un logiciel à part (Audacity ou Garage Band par exemple) soit directement dans votre logiciel de montage.

Pour cette dernière phase, essayez de travailler en dehors de votre montage. Faites cela dans un projet à part. Enregistrer ensuite la bande son corrigée (juste avec le texte nécessaire) dans un fichier que vous allez importer dans votre montage.

Une fois la voix-off prête, celle-ci mérite qu’on lui applique un effet sonore qui est soit la compression dynamique soit le limitateur. Les deux sont disponibles sous FCPX et j’avoue utiliser le plus souvent le compresseur. Cet effet permet de rendre plus audible la voix en harmonisant le niveau sonore. Je vous conseille de lire notre article consacré à ce sujet.

Voilà, une fois l’effet de compression appliqué, il ne vous reste plus qu’à finaliser et bien mixer votre voix-off. Généralement un écart de 6 à 12 dB est souhaitable entre la voix-off et la musique ou les sons ambiants. Pour cela, lisez notre article sur les niveaux sonores et celui consacré à l’environnement de Final Cut Pro X pour le montage son.

Rejoignez notre liste de diffusion

Recevez chaque mois notre actualité et des conseils pour créer des vidéos facilement

Adresse e-mail non valide
Avec nous, pas de spam. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.