Comment réussir votre film?

L’une des questions que l’on se pose souvent lorsqu’on débute en vidéo, c’est de savoir comment réussir sa première vidéo?

Vous avez sans doute été frustré par votre expérience passée. Vous avez visité un lieu merveilleux, filmé vos petits-enfants courant dans le jardin mais voilà: comment partager ces moments? Vous avez investi dans un petit logiciel de montage, vous êtres incapable de traduire ces images en un vrai film.

Insastifcation

Vous êtes insatisfait de votre travail. Vous espériez réussir un documentaire digne d’être diffusé à la télévision nationale, ou au moins régionale. Vous aviez tant d’espoirs de partager ces moments inoubliables avec votre famille et vos amis et les entendre vous féliciter mais rien…

Vous n’êtes pas le premier, nous sommes tous passés par là. Et, pour ne rien vous cacher, nous passons tous par cette phase de déception. Pire: elle ne nous quitte jamais. Vous pourriez dire que cela est dû à notre statut de vidéastes amateurs. Il n’en est rien. Même Georges Lucas, le réalisateur de Star Wars, a la même impression. Au point de retoucher ces propres films à plusieurs reprises.

Quand j’ai fini un film, je suis insatisfait. Je suis toujours insatisfait du résultat: j’aurais pu faire mieux. Et je me reproche cela dès le début. Combien de plans sont inutilisables? Combien de fois le cadrage ne convient pas? Comment vais-je passer d’un plan à l’autre? Comment je vais enchaîner toutes ces images? Comment garder ce magnifique plan que j’ai fait avec tant d’ardeur? Pourquoi il me manque une pièce maîtresse pour que ma scène ait un sens? Quelle musique choisir? Est-ce que les images avec le drone ne sont pas un peu artificielles? Toujours et toujours le questionnement. Sans cesse.

Ce sentiment d’insatisfaction ne doit pas vous détourner du plaisir de partager vos images avec vos compatriotes qu’ils soient des amis ou des spectateurs inconnus. Quel plaisir! Qui sait, peut-être que vous aurez le plaisir de voir votre film projeté dans un festival, le voir sur un écran de 12 mètres de base (ce n’est pas un rêve, je vous assure). Car voir son film en dehors du cercle familial, c’est aussi la reconnaissance de son travail et de son acharnement.

Persévérance

La première leçon sera donc d’apprendre la persévérance: à chaque film réalisé, vous allez apprendre davantage et vous perfectionner. À chaque nouveau film, vous allez découvrir des techniques qui vous serviront dans le film suivant. N’attachez pas d’importance à la qualité de vos premiers films, ce qui est important, c’est la progression.

C’est pourquoi le Caméra Club de Genève existe: pour que chaque membre puisse encourager les autres au moyen de critiques constructives. C’est cette approche collaborative qui fait que les membres du club peuvent devenir, au fil du temps, des cinéastes reconnus. L’adhésion au club n’est pas indispensable pour faire de meilleurs films mais elle nous apporte la possibilité à la fois de présenter nos œuvres et de suivre des ateliers techniques pour nos améliorer et cela dans une ambiance d’amis venus se retrouver autour d’une passion commune.

Amélioration continue

Alors, si vous êtes intéressés par devenir un vidéaste capable de dépasser ses incertitudes, n’hésitez pas à nous contacter pour nous rencontrer un mardi soir lors de nos projections (2 à 3 fois par mois). Si vous êtes fébrile à chaque fois que l’écran s’allume, alors vous êtes prêts pour nos rejoindre.

En attendant, n’hésitez pas à consulter notre section de tutoriels.

Rejoignez notre liste de diffusion

Recevez chaque mois notre actualité et des conseils pour créer des vidéos facilement

Adresse e-mail non valide
Avec nous, pas de courrier indésirable. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.